POP-CORN CLUB

jeudi 12 novembre 2009

Il fait froid, il pleut, je n'ai pas de $$$, le monde va mal. Mais ça ne me contrarie pas au point de m'enfermer chez moi avec mes cats et de regarder des séries en pyjama jusqu'à l'épuisement. Enfin presque.
Mais ce n'est pas ça qui m'empêche de croire en un monde meilleur et d'aller au cinéma pour le confirmer.


(500) Days Of Summer



Mise en situation: un samedi bordelais, petits yeux et mal aux pieds d'avoir dansé all night long à la soirée d'anniv 50's de Morgane. On se décide pour une après-midi plus tranquille, pour un film qui à vue de bande-annonce paraît assez romantico-mignon, bref un samedi cute.
Les lumières s'éteignent alors que Régina Spektor commence à susurrer "Us", et là surprise. Parce que je m'attendais à quelque chose de presque gnan gnan susceptible de me tirer quelques larmichettes. Nope.
L'amour, les Smiths, le bleu des yeux de Zooey Deschanel, le sourire de Joseph Gordon-Levitt, les vieux cinémas et les rues de Los Angeles. Et Ikéa, j'ai envie de dire passage obligatoire pour tout nouveau couple débutant. Et puis, les jours passent, lui qui croit en "The One", elle qui doute. Les deux acteurs se complètent incroyablement, ils sont tellement adorables qu'on a envie de faire des soirées karaoké avec eux à L.A. en buvant des Bud.
Une très agréable surprise, c'est drôle, doux, touchant, mais sans les larmichettes. Enfin, il faut dire que dès qu'il y a "Sundance" quelque part sur l'affiche, je cautionne. Seule faute de goût, Carla Bruni dans la BO. Mais pour un premier long-métrage, je te pardonne Marc Webb.


Away We Go



Du baume au coeur. Mais alors vraiment.
Il faisait encore plus pluie et encore plus froid, et la salle obscure fut un refuge idéal pour amoureux congelés.
Ce film avait reçu le label "Valeur Sûre" depuis la première bande annonce. Sam Mendes, des guitares folk et du road movie, bingo. Y a pas écrit Sundance dessus mais pas loin.
Des amoureux un peu loosers qui avancent dans la vie sans trop s'en rendre compte. Qui vont être parents, mais qui n'ont pas de foyer à proprement dit, enfin rien de plus qu'une maisonnette perdue au fin fond du Colorado. Alors ils partent, sillonnent les USA, à la recherche d'un idéal inconnu, de certitudes rassurantes, et d'un endroit pour leur famille. On erre avec eux dans ce temps suspendu et mélancolique, à la rencontre des autres amis, familles, couples. On se perd dans ces paysages américains que rien que pour ça on voudrait y aller, on les accompagne sans regret, parce qu'au final on est un peu comme eux, plein d'amour, et un peu loosers. C'est rassurant, de voir des images et des mots posés sur ce sentiment inquiétant du temps qui passe. Alors oui, définitivement "Valeur Sûre".


Hook



Oui, bon aucun lien. Pas de cinéma, pas de Sundance, juste un canapé un amoureux un chat qui ronronne et un film de mon enfance. Mais quel film.
Je ne pense pas être la seule à avoir rêvé de vivre au Pays Imaginaire avec Rufio et les enfants perdus pour mieux retrouver ma maman après. Rêvé de boire du poupou et de crier "Bangerang!". Et bien 18 ans après, j'en ai toujours autant envie.

1 commentaire

  1. J'ai adoré aussi 500 days of summer... Je l'ai vu trois fois.
    Et puis ça m'a fait découvrir l'excellent groupe She & Him, de Zooey Deschanel, et rien que pour ça, je dis OUI!

    RépondreSupprimer

Latest Instagrams

© a pirate's life for me. Design by Fearne.