J'avais envie de faire ça depuis des années. Je ne renierais pas l'influence de Creamy, ni celle des punks, et encore moins celle des photos cools que je vois trop souvent sur Tumblr.
Alors j'ai sauté le pas. C'est temporaire, même un peu trop (ça part très facilement à chaque shampoing), mais j'ai de quoi m'amuser avec mon gros pot Manic Panic.


Je fais la maligne comme ça, mais j'ai un peu hésité quand même. Je n'ai plus 16 ans, mais bien 10 de plus (baaaam dans les dents). Mais ça me plaît beaucoup, ces petites mèches roses qui virevoltent, et il me suffit de tourner la tête pour éviter les regards curieux.
Rassurez moi, vous aimez bien aussi?

TEENAGE DREAM

lundi 28 février 2011

Je savais bien que le projet 365, un jour/une photo, n'était pas pour moi. Je me contente d'un projet une photo/semaine, et j'arrive déjà à rater un jour!

Mais j'ai des circonstances atténuantes. Hier, j'étais fatiguée, j'ai gâchée mon heure de conduite, toute paniquée en en compensées (stupid girl), et je me suis consolée avec des films mignonnets, 17 Again et The Ugly Truth, une gentille copinette, du cidre et des gâteaux. Et hop, c'était trop tard pour le mercredi c'est permis.

Pour le coup, voilà une vieille photo que j'aime beaucoup, prise dans les rues de Dax en 2003. C'est là que l'expression "pris sur le vif" prend tout son sens, parce que quelques secondes plus tard, ce gentil cabot imitateur était parti.

LE MERCREDI EN RETARD C'EST PERMIS #8

jeudi 24 février 2011

Des jolies choses pour un joli weekend ♥

★ un beau film de mariage, tout en amour!



★ les illustrations de Rik Lee





★ ... et comment j'aimerais être réveillée tous les matins!



Bon weekend!

INSPIRATION ★ 6

samedi 19 février 2011

(Le titre de ce post n'est pas une incitation à un quelconque rassemblement sectaire, mais un extrait de la magnifique chanson de The Polyphonic Spree, clique ici pour l'écouter ♥ )

J'ai cette histoire à raconter, même si je ne ne sais pas vraiment si elle a sa place ici. Tant pis, j'imagine.

Je ne suis pas une fille méchante, loin de là. J'aime parler aux gens, à ceux que je croisent, que je sers à mon petit boulot, à mes amis de longue date et aussi aux petits nouveaux. J'essaie d'avoir une attitude positive, rien ne me fait plus plaisir que de partager un sourire dès que j'en ai l'occasion. Je "crois" en la gratitude attitude, j'essaie en tout cas. Je me dis que si chacun s'efforce de mettre quelques paillettes dans ce monde, la vie serait parfois un peu plus jolie.

Mais je n'y arrive pas tous les jours. En particulier cette semaine. C'est bête, mais les nuages chargées de pluie, ma situation professionnelle assez nulle (je fais un petit boulot de crêpes et de gaufres pour me payer mon permis pour ensuite chercher un boulot dans ma filière, la communication/l'audiovisuel), le stress de la St Valentin (oui je sais c'est nul); cette conjoncture m'a mis le moral en berne. C'est donc aigrie et totalement démotivée que j'ai été travailler mardi après-midi. Pas envie, de ça comme de rien, j'aurais été mieux chez moi à regarder les nuages défiler, pas envie de voir les gens, de leur parler, de répondre à leurs questions stupides sur mon habilité à faire les crêpes ou sur la cuisson des gaufres. Quand je me sens de cette humeur massacrante, je détourne le regard. Les clients me parlent, je leur répond et les sers cordialement, mais je ne les regarde pas, je ne les laisse pas s'immiscer dans ma bulle; c'est une manière de les ignorer, je pense. Non, ça n'est pas très gentil, mais quand je suis cafardeuse et désabusée de la sorte, je n'arrive pas à agir autrement.

Et puis il y a eu cette dame. Un peu âgée, mais pas tant que ça, bref, tout à fait commune.
Il n'y avait pas foule cette après-midi là. Elle est arrivée devant le comptoir, comme n'importe qui d'autre. Nous nous saluons, je lui demande ce qu'il lui faudra. Elle voudrait des churros, oui mais voilà. Dans mon petit spot à gourmandises, nous vendons les churros par paquets de 6 pour 2,50 euros. C'est comme ça. Elle me demande si c'est possible d'en avoir moins, parce qu'elle est toute seule. Je ne me focalise pas sur ses derniers mots, je pense seulement à quel point les gens sont chiants, bon sang, six c'est six et puis voilà. Mais je ne discute pas, ce n'est pas mon genre, je lance la préparation pour trois churros en rouspétant dans mon coin, les lèvres plissées et les yeux furibards.
Je prépare son paquet de trois churros, et reviens vers elle, toujours faussement énervée, mais avec un sourire pour la forme. Je lui tends sa pochette, ça vous fera 1,25 euros Madame. Elle prends mes mains dans les siennes, me glisse 1,50 euros et me dit "Gardez la monnaie, merci de votre gentillesse mademoiselle", en souriant, ses yeux tout brillants. Et là, je n'ai plus vu que son regard. Et je me suis sentie tellement stupide. Mais tellement.

Je me suis vue, contrariée pour trois pauvres churros, servir cette dame avec mes manières agaçantes. Elle n'a vue que mon petit sourire et le fait que j'accepte de lui faire un plus petit paquet, vu qu'elle était seule. Au moment même où elle a pris mes mains dans les siennes, j'avais envie de me donner des claques. J'avais honte de moi, de mon comportement. Comment j'avais pu en arriver là? Oui, il y a des jours plus gris que d'autres, des jours où l'on se demande si un avenir brillant est possible, des jours sans paillettes. Mais cela ne doit pas nous empêcher d'y mettre un peu du nôtre, au quotidien. Parce que tout le monde mérite une journée étincelante, que ce soit par des grandes nouvelles ou des détails insignifiants.

Elle est partie, et j'ai secoué la tête en souriant. Non, les choses n'allaient pas si mal. Et ce monde pouvait être joli, d'une manière inattendue.

FOLLOW THE DAY AND REACH FOR THE SUN

jeudi 17 février 2011

Je ne sais pas pour vous, mais moi je commence à en avoir sacrément marre de cet hiver interminable. Ce n'est pas mon habitude, j'ai tendance à aimer ces jours froids et gris, mais il faut croire qu'avec l'âge je deviens frileuse (comme ma mère...et mon boyfriend).
J'ai donc profité d'un passage éclair du soleil, d'un bout de ciel bleu et des mimosas qui commencent à fleurir pour immortaliser cet instant et ainsi garder l'espoir d'un printemps prochain.


J'ai toujours adoré l'odeur du mimosa, c'est ma petite madeleine de Proust. Dès l'éclosion des premiers pompons jaunes, je me dis que les beaux jours ne sont plus très loin. Il suffit que je croise un papillon et ma journée est parfaite.
Pour que vous aussi votre journée soit parfaite, je vous laisse avec Bad Cash Quartet, un obscur groupe suédois que j'ai découvert en 2003, et leur chanson "Midnight Prayer" qui donne envie de se ballader en robe légère dans une forêt ensoleillée puis de se tremper les pieds dans un lac puis de voir le soleil se coucher en ayant une main dans la sienne.

LE MERCREDI C'EST PERMIS #7

mercredi 16 février 2011

Je ne rentrerai pas dans le débat sur la St Valentin. Mon petit cœur adolescent soupire à chaque fois qu'il est question d'amour, alors si il existe une journée dédiée aux amoureux, pourquoi s'en priver? Les cartes de mauvais goût et les cœurs en plastique à chaque coin de rue ne me plaisent pas vraiment, mais un billet doux ne me semble jamais de trop. Parce que l'amour, mes amis, c'est bien tout ce qu'il nous restera.

Pour la peine, une de mes chansons d'amour préférées. Que ceux qui n'aiment pas la St Valentin couvrent leurs petites oreilles, parce que l'émotion se cache derrière chaque note de piano de cette déclaration d'amour de Ben Kweller.



Je vous avais prévenus.

LOVE IS IN THE AIR

lundi 14 février 2011

Si j'étais une meuf pas cool et que j'avais vraiment décidé de mettre une photo qui illustre ma journée, vous auriez eu droit à un truc assez flou, avec plein de médicaments, des draps défaits et un pyjama Hello Kitty. Je vous aurais tout de même épargné les autres détails qui caractérisent cette gastro de couple que nous subissons depuis mardi matin.
Pour la peine, vous aurez droit à une photo rigolote de mon deuxième chat d'amour, Scat, un vieux matou rigolo.


♫ ♬ ♪ ♩ Tout le monde veut devenir un Scat ♫ ♬ ♪ ♩

LE MERCREDI C'EST PERMIS #6

mercredi 9 février 2011

☆ Il faut croire que trois jours à Venise ont réussi à me déstabiliser pour au moins une semaine; je suis ailleurs. J'essaie de reprendre pied dans la vie "active" en mettant mon CV en ligne et en recommençant l'apprentissage de la conduite, mais je ne pense qu'à des jours plus ensoleillés, d'éventuels projets et d'hypothétiques voyages. Pour la peine, je me venge en jolies robes Asos.

☆ Tous les ans, les parents de mon cher et tendre partent en vacances, et nous sommes assignés au home-sitting et au cat-sitting. Nous profitons donc d'une adorable petite maison blanche et bleue en bois en tant que résidence secondaire. La télé familiale aux je-ne-sais combien de chaînes nous permet de faire le plein de films. Nous avons commencé hier avec Bright Star. Je ne suis pas une grande amatrice des films romantiques, et je m'attendais à rien de plus transcendant que le film Orgueil et Préjugés (avec Keira Knightley). J'avais tort! Complétement tort! Ce film est magnifique, en tous points. La photographie qui évolue avec les saisons, les cadres qui évoquent des tableaux de maîtres, et les sentiments romantiques, passionnés et mélancoliques qu'éprouvent les personnages nous transportent et nous transcendent, jusqu'au firmament de cette "étoile étincelante". Pour toutes les jolies âmes et les grands cœurs, à ne pas rater.


☆Les beaux jours se font attendre, mais le premier weekend de Février a su nous rappeler que le printemps n'est plus très loin. Du soleil et même pas froid, les ballades à la plage se sont imposés! Plus que quelques semaines, et on enlèvera les collants et mangera en terrasse.


☆Pour la première fois, j'ai une demande un peu "stupide" à vous faire. Je me suis inscrite sur le site de Glamour avec une jolie photo d'amour, et on peut être "le couple du jour" et gagner des trucs cools, mais pour ça, il faut voter pour moi. Donc, s'il vous plaît, votez pour votre pirate qui vous aime juste ici. Si vous voulez pas, c'est pas grave et c'est complétement compréhensible et je vous aime quand même.
A très vite avec du blabla moins décousu.

TELEGRAMME

lundi 7 février 2011

Je savais qu'on allait aimer visiter Venise le temps d'un week-end. Je ne savais pas que cette ville allait être éblouissante et magique à ce point là.
A la croisée du ciel et de l'eau, surplombés par des bâtiments d'un autre temps, nous nous sommes perdus avec plaisir dans ces rues étroites qui mènent toujours quelque part. Nous avons vogué sur le Grand Canal et aux alentours, les yeux grands ouverts pour ne rien perdre de ces paysages inouïs.



On a goûté à tout, des pâtes aux glaces, des pizzas délicieuses aux fritelles, on a bu du prosecco, des vins fabuleux et du Spritz à gogo. On s'est baladé à ne plus sentir nos pieds, ni le froid. On a nourri des pigeons et des mouettes, admiré de belles œuvres d'arts, marché sur la plage et fait plein de photos. On a vu des chiens avec des manteaux et des chats sans famille. On a beaucoup ri, et j'ai été sacrément triste quand il a fallu partir lundi matin.






Cette parenthèse enchantée a été au-delà de mes espoirs, et même si le retour à la réalité n'est jamais agréable, je suis plus qu'heureuse de ces journées d'amour dans ce lieu magique.
Venise, merci et à très vite.

VENEZIA MI AMORE

mercredi 2 février 2011

J'ai laissé mon cœur sur la lagune.

LE MERCREDI C'EST PERMIS #5

Latest Instagrams

© a pirate's life for me. Design by Fearne.