LOUISE N.
Depuis 2009, je bloggue à la cool sur a pirate’s life for me et partage avec vous mes aventures au bout du monde et juste à côté de la maison, ma passion pour les teen movies, les ciels roses et les glaces italiennes, et des inspirations piochées dans mes livres, films et albums préférés.

BOOK CLUB ∆ 11

L'exercice de la critique, littéraire, musicale ou cinématographique, est périlleux pour moi ; je me contente souvent de micros conseils sur Twitter de type "à ne pas manquer!" ou "fuyez", mais ces trois livres lus cette année méritent tellement qu'on s'y attarde qu'il fallait que je sorte de ma zone de confort pour vous les présenter.
Mesdames et messieurs, bienvenue dans la onzième édition des articles consacrés à la lecture sur ce blog (les autres sont ici) : au programme, une immersion dans les esprits et les vies de trois personnes captivantes et touchantes.

L'espace du rêve, David Lynch et Kristine McKenna

Je n'oublierais jamais la première fois que j'ai vu Mulholland Drive, une nuit au début des années 2000 sur Arté. Du haut de mon adolescence, je n'en menais pas large face à tant d'incompréhension, de gêne et de fascination pour cet univers onirique baigné de lumière californienne. Twin Peaks a porté le coup de grâce, et je suis tombée vertigineusement amoureuse du monde de David Lynch (au point de faire une cherry pie inspirée de la black lodge pour la sortie de la saison trois? Oui, bien sûr). 
Ce livre, une biographie à forte tendance autobiographique écrite à 4 mains, retrace chronologiquement le parcours de cet artiste multi-facettes, depuis son enfance bénie dans l’Amérique des 50's au quotidien dans sa maison/atelier sur les hauteurs de  Los Angeles, en passant par son attachement inébranlable à la méditation transcendantale. Au vu de sa filmographie, on s'attend à découvrir un personnage complexe, sombre (j'irais jusqu'à possédé), mais c'est tout le contraire: David Lynch semble être un homme gentil, solitaire, totalement dévoué à son art, sous toutes ses formes. Définitivement quelqu'un avec qui je rêverais de partager une extraordinaire conversation, autour d'un verre de Bordeaux et d'un paquet de cigarettes.
Je suis sortie de cette lecture incontournable encore plus fascinée par David Lynch, mais comme souvent avec les biographies un peu frustrée aussi: je n'aurais pas été contre encore plus d'histoires, de détails et d'anecdotes, même si il aurait probablement fallu ajouter 600 autres pages.

Darling Days, iO Tillett Wright

Parfois je choisis mes livres comme une bouteille de vin ; un peu à l'aveuglette, en fonction de la couverture, de ce qu'elle dégage, de ce qui m'interpelle. Spoiler alert : ça fonctionne mieux avec les livres comme Darling Days qu'avec le vin.
On reste dans l'autobiographie avec ces "jours chéris" qui ne le sont pas vraiment. C'est l'histoire de iO, qui naît en 1985 à New York, une époque où l'East Village était bien moins instagrammable qu'aujourd'hui : junkies, SDF, artistes sans le sou et punks sont ses voisins de palier. Celui qui choisira très tôt qu'il est un garçon et non une fille entretient une relation d'amour fusionnel avec sa mère artiste, danseuse et photographe, addict aux médicaments, aux changement d'humeurs destructeurs, qui ne s'est jamais vraiment remise de la mort de son premier amour.
Avec le recul de l'âge adulte, iO nous raconte son enfance dans ce grand tourbillon, où violence et pauvreté côtoient amour et liberté. Ce récit d'apprentissage et de survie aborde la question du genre, des relations parents-enfants, de l'addiction mais aussi du pardon. On est loin des histoires illusoires des familles modèles, très loin même et parfois on aimerait remonter 30 ans en arrière sortir iO de ce merdier. Mais celui qui est aujourd'hui artiste, activiste, acteur, présentateur de télévision et auteur a su se réinventer, encore et encore, pour enfin devenir lui-même.

Comme une version arty de la réunion de couture, Cookie Mueller

"Cookie Mueller était une écrivaine, une mère, une hors-la-loi, une actrice, une créatrice de mode, une go-go danseuse, une guérisseuse, une pythie de la scène artistique et, par-dessus tout, une déesse. Vous n'avez pas idée combien cette fille me manque." John Waters
En 2017, je suis tombée en amour du premier livre de Cookie traduit en français, Traversée en eau claire d'une piscine peinte en noire. Le titre, déjà, présageait une lecture que je chérirais toute ma vie, et je n'ai pas été déçue. Ce second livre, à l'image du précédent, se compose de chroniques autobiographiques que les talents de conteuse de Cookie magnifient.
On touche du doigt une insouciance et une liberté d'un autre temps, celle de la contre-culture US des années 70 et 80, et on plonge les yeux fermés dans l'underground de l'époque, parfois trash, parfois tendre, toujours palpitant. Elle nous emmène sur un coup de tête en Italie, organise des réunions tatouages, raconte Divine et John Waters, trouve une pierre magique à la Nouvelle Orléans censée guérir les chagrins d'amour... Cookie Mueller a vécu sa vie à 100 à l'heure, mais elle est malheureusement partie très vite aussi, quelques semaines après son mari, fauchés comme beaucoup de leur génération par le SIDA dans les années 80.
Je ne saurais que vous encourager à lire ces deux livres, son héritage, et à découvrir cette femme inoubliable et touchante, que l'on aurait tant aimé connaître.

Commentaires

  1. Coucou toi!
    Quel plaisir de te lire ici ;-)
    Je suis bien intéressée par ces trois bouquins, je n'en ai lus aucun !
    J'aime énormément la métaphore du choix de la bouteille de vin quand tu achètes un livre, c'est pareil pour moi (le vin) mais pour les livres j'ai plus de mal à lâcher prise... j'ai des listes, des tableaux pinterests, des PAL virtuelles, des mails de conseils d'amis, j'emprunte beaucoup à mes proches et je lis souvent l'intégralité de la biblio d'un auteur que j'aime, histoire de ne pas me tromper. Mais comme toi, parfois, je me laisse tenter par une jolie couverture, un titre accrocheur, un bandeau de présentation enthousiaste ou une 4ume de couverture intrigante... et cela peut-être l'occasion de belles surprises, c'est vrai.
    Le dernier roman que tu évoques me tente particulièrement. Déjà quand tu l'avais évoqué sur IG et quand tu parlais du 1er roman que tu avais lu de cette auteure, j'avais été intriguée...
    Et dernière chose : ne dis pas qu'écrire une review littéraire est un exercice périlleux, tu est super douée pour ça et je rouve tes commentaires toujours très pertinents et bien écrits !

    Bises ma Louise

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire