C'était bien la peine de faire autant la maligne en début d'année pour ne plus rien poster sur mes lectures depuis 6 mois! Pourtant, malgré quelques petites pauses, j'ai lu beaucoup plus de livres que les années précédentes. Des livres que l'on m'a prêté, des livres chinés pour 1€, des livres que je ne finirais jamais et d'autres que j'ai lu en quelques jours. J'ai aussi commencé une grande saga, mais ça je vous en parlerais un peu plus tard.


J'ai rejoint le chouette club de lecture initié par Victoria de Mango and Salt, qui m'a permis de découvrir des romans que je n'aurais jamais ouvert de mon plein gré et d'avoir de très bonnes surprises! Et puis je profite des avis et des conseils de chaque participant(e), bref c'est une chouette communauté que je vous invite à rejoindre si vous aimez bouquiner!

Les Filles de l'ouragan, Joyce Maynard

 


Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, mais dans des familles on ne peut plus différentes. Ruth est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée. Dana est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu'elle voit, entend ou touche. Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir.

C'est ma jolie copinette Sophie aka Zadig qui m'avait parlé de l’œuvre de Joyce Maynard, et qui m'avait conseillé quelques uns de ces ouvrages. J'aurais peut-être dû en choisir un autre (Et devant moi, le monde ou Une adolescence américaine par exemple) parce que je n'ai pas eu de vrai coup de cœur pour ce livre.
L'écriture est superbe, fluide et accrocheuse, mais les personnages et l'histoire m'ont laissé indifférente. Je ne saurais pas expliquer pourquoi.
Sur fond d'un secret pas si bien gardé que ça, nous suivons les deux protagonistes principales, Ruth et Dana, tout au long de leur vie, de 1950 à aujourd'hui, à travers leurs expériences, leurs découvertes, leurs joies et leurs tristesses.
Le comble, c'est que même si je n'étais pas attachée à elles, les situations tragiques que vivent les différents personnages m'ont rendu toute triste; j'étais pressée de tourner la dernière page pour ne plus y penser.
Joyce Maynard, toi et moi, c'est pas terminé, mais le grand amour, c'était pas pour maintenant.

Ma note: ★★★☆☆


Il faut qu'on parle de Kevin, Lionel Shriver

 


La veille de ses seize ans, Kevin se livre à un massacre sanglant dans son lycée. Détruite par ce drame, Eva, sa mère, entame avec son époux une correspondance poignante pour comprendre cet enfant qui, depuis sa naissance, s'acharne à faire le mal. Des humiliations imposées à sa sœur aux cruautés infligées à ses camarades, elle retrace l'itinéraire meurtrier de son fils.

Attention les yeux et le cœur, on ne sort pas indemne de ce roman.
Dès les premières pages, il n'y a aucun espoir, aucun doute possible sur le drame qui se joue sous nos yeux: la veille de ses 16 ans, Kevin abat froidement des élèves et personnel de son lycée. Ça a un affreux goût de déjà (trop) vu, et on ne peut rien y changer.
Sous la forme d'une correspondance avec son mari, sa mère Eve, intelligente, tranchante et froide, nous raconte sa vie, avant et après la tragédie. Cette femme, un peu antipathique mais humaine, nous confronte à la vie et à ses contradictions, aux bonheurs de façade dictés par la société, à l'aveuglement et à la méchanceté innée.
L'écriture est à la fois soignée et limpide, minutieuse et sans concessions, elle vous prend aux tripes; et malgré l'horreur, c'est un livre qu'on ne repose pas facilement. Personnellement, c'était un peu trop dur et réaliste pour moi (petit cœur mou inside), mais le style d'écriture m'a envoûté dès les premières pages.

Ma note: ★★★★☆


Petites Recettes de bonheur pour les temps difficiles, Suzanne Hayes et Loretta Nyhan

 


 États-Unis, années 1940. Glory, enceinte et déjà mère d'un petit garçon, souffre de l'absence de son mari, parti au front, de l'autre côté de l'Atlantique. À des centaines de kilomètres d'elle, Rita, femme et mère de soldat également, n'a pour compagnie que la fiancée de son fils. Une lettre, envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir. Entre inconnues, on peut tout se dire. Les angoisses, l'attente des êtres aimés, mais aussi les histoires de voisinage, les secrets plus intimes et les recettes de cuisine.

Ce roman fut le premier livre du club de lecture de Mango and Salt, et typiquement un livre que je n'aurais pas choisi de mon plein gré. Et pourtant, quelle jolie surprise!
Cet échange épistolaire (bien moins trash que celui du dessus) entre deux femmes pendant les affres de la Seconde Guerre Mondiale est une ode à la vie, à la force féminine et à l'amitié. J'avais un peu peur que ce soit mièvre, mais c'est juste charmant, captivant et même parfois, très touchant.
L'écriture est fluide et agréable; on ne soupçonne pas une seconde que ce livre est écrit à 4 mains, par deux auteurs qui ne s'étaient jamais rencontrées.
Si vous avez aimé Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, vous aimerez tout autant ce roman!

Ma note: ★★★☆☆


Love story, Erich Segal

 


Dans l'Amérique des années soixante-dix, Oliver, jeune homme riche et sportif, étudiant en droit, rencontre Jennifer, musicienne et issue d'une modeste famille. Alors que tout semblait les séparer, c'est le coup de foudre. Ils s'aiment, se marient et parlent de faire un enfant qu'ils appelleraient Bozo. Mais après leur avoir donné tant de bonheur, le destin exige une bien tragique contrepartie...

Dans la collection "les livres achetés 20cts au vide-grenier parce que le titre me semble familier ou cool ou classique", il y a eu celui-ci, et c'était pas une réussite.
On m'a toujours sermonné que quand on a rien de sympathique à dire, il ne faut rien dire. Bah voilà.
Les personnages sont plus chiants que sympathiques et même la fin tragique n'a pas arrangé leurs cas. Il paraît que le film adapté du livre est l'une des plus "belles histoires d'amour du cinéma". Je n'irais probablement pas vérifier. 

Ma note: ★☆☆☆☆


Le diable sur les épaules, Christian Carayon 

 


 Au cours de l'année 1924, un village isolé des montagnes tarnaises et menacé d'extinction est le théâtre de plusieurs assassinats atroces. Déjà les langues se délient et certaines superstitions ressortent... Malgré tout, la jeune institutrice Camille refuse de céder à ces croyances d'un autre âge et appelle à la rescousse son ami d'enfance, Martial de la Boissière. Cet ancien criminologue, connu pour ses enquêtes autour du paranormal et qui ne voit dans ces morts suspectes que des crimes perpétrés par la main de l'homme, va mener l'enquête à sa façon... mais l'assassin l'a positionné sur son échiquier diabolique. 

Encore un livre qui n'aurait jamais dû me passer entre les mains: un polar historique qui se passe dans la campagne française, c'était vraiment nouveau pour moi. Et encore une belle découverte grâce au club de lecture de Victoria! J'ai l'habitude des romans étrangers à prédominance américaine, et me retrouver au fin fond des Pyrénées en 1924 a pourtant été bien plus dépaysant que ce que je redoutais (j'ai d'ailleurs pris mon accent du Béarn pour lire certains passages du livre et ça a été terrrrrrible).
Les personnages, surtout Martial, sont très attachants; l'intrigue est bien menée et nous tient en haleine sur 540 pages. J'avais un petit soupçon sur le coupable et je ne me suis (presque) pas trompée! 
Amateurs de polars, d'Histoire, de montagnes, d'accent campagnard, vous y trouverez votre compte.
 
Ma note: ★★★★☆

Et vous, quelles ont été les dernières lectures qui vous ont enthousiasmé (ou pas d'ailleurs)?  Je suis toujours preneuse de suggestions de livres!

THE BOOK CLUB ∆ SIX MOIS

vendredi 27 novembre 2015

Je ne sais pas vraiment par où commencer.
Écrire ici ces quelques mots me paraît à la fois difficile et embarrassant. Comment parler de l'indicible, de l'inacceptable?




LE VIDE

samedi 21 novembre 2015

Ma grande résolution de la rentrée (mais si vous savez, comme au 1er janvier, celle qu'on a vraiment envie de tenir), c'était de commencer à suivre, pour de vrai, des cours de yoga.
Pour de vrai, parce que j'avais déjà participé à plusieurs cours par ci par là, que j'avais énormément apprécié, mais sans que ce soit concret et continu.
Et vous savez quoi? J'ai tenu ma résolution.


Depuis le début du mois de septembre, je me rends une fois par semaine à Ozenspa à Andernos pour suivre les cours d'Héloïse, qui enseigne sous le nom de AIR2YOGA, et je peux déjà vous dire que j'en suis plus que ravie.

J'aime beaucoup l'approche qu'Héloïse a avec ses élèves, et je pense que le feeling avec un prof de yoga doit être le même qu'avec un tatoueur; si on ne le sent pas, ça n'est pas la peine de continuer! J'avais déjà testé deux cours d'autres profs dans les alentours, mais pour la première fois, j'avais envie de prolonger l'aventure.

Les séances débutent toujours par des exercices de respiration et des échauffements, et se terminent par une dizaine de minutes de relaxation. Chaque mois, nous travaillons sur un thème: apprendre à lâcher prise, vivre pleinement l'instant présent... Les séances ne sont jamais les mêmes, et les postures sont réalisées en fonction du thème du moment.

Pour une débutante, on découvre vraiment un tout nouveau monde, et c'est passionnant. J'apprécie beaucoup le fait que ce soit abordable pour tous dès le départ, mais qu'au fil des cours, une continuité se mette en place. A vrai dire, la seule chose que je regrette, c'est de ne pas pouvoir assister à deux cours par semaine!

J'ai la chance de suivre ces cours avec une amie, et j'apprécie beaucoup de pouvoir débriefer avec elle à chaque fin de séance (et j'apprécie qu'elle me motive quand j'ai la flemme parce qu'il fait nuit à 18h!)

Pas besoin de se ruiner pour se mettre au yoga (même si sur Etsy les tentations sont grandes!). La tenue idéale, pour moi, est très basique: un legging confortable (j'ai trouvé le mien sur Forever 21), une brassière de sport, et un t-shirt tout simple.

Les accessoires indispensable sont souvent fournis par les profs, mais pour me motiver à faire de cette nouvelle lubie une activité durable, j'ai investi dans un tapis Manduka (déniché en solde sur Urban Outfitters pour 25€) et un coussin de méditation. Une couverture, ou un plaid est également très utile au moment de la méditation!

A mes yeux, le yoga est le moyen idéal d'appliquer en bonne et due forme l'adage "un esprit sain dans un corps sain". Et comme d'habitude, c'est bien plus facile à dire qu'à faire! Je pense, pour ma part, être tout au début de ce cheminement. Après chaque séance (même celles où j'ai fait la fête la veille et où je ramasse bien comme il se doit, bien joué Louise), je me sens bien, vraiment bien, à la fois légère et dynamique. J'ai une meilleure posture, je me tiens plus droite.

L'esprit suit, mais je sens que ça n'est pas encore ça. J'ai du mal, beaucoup de mal à lâcher prise et à vivre pleinement l'instant présent en général dans ma vie; c'est vraiment quelque chose sur laquelle je vais devoir travailler. J'arrive, lors des exercices de méditation, à commencer à me laisser aller, mais en quelques instants je suis à nouveau envahie de pensées en tout genre qui me déstabilisent.

Si vous avez des conseils à me donner, que ce soit pour la méditation ou le yoga en général, je suis à l'écoute! Namasté!



- A HEALTHY LIFE FOR ME ♡ LE YOGA -

mercredi 11 novembre 2015

Déjà deux mois que je ne vous avais pas raconté mes jolis moments!
Le temps me file entre les doigts. Pourtant, il y en a eu, des journées magnifiques, des éclats de rires, des paysages époustouflants et des souvenirs inoubliables. Je vous raconte tout ça en photos, qui arrivent tout droit de mon compte instagram.




LES JOLIS MOMENTS - SEPTEMBRE & OCTOBRE

samedi 7 novembre 2015

Quand l'automne revient, je me surprends à rêver d'une chambre tellement cosy et fluffy qu'en sortir deviendrait complètement inutile. Je suis devenue très sensible au froid (merci la thyroïde pourrie), et poser le pied sur le sol en sortant de mon lit le matin me donnerait presque envie de pleurer.

De la grosse maille, du blanc, des coussins par centaines, de la fausse fourrure, du bois et du doré, ma chambre de rêve serait le mélange idéal entre une cabane perdue au fin fond d'une forêt suédoise mais avec le confort des vingts matelas de la princesse au petit pois (sans le petit pois, bien sûr) (dites je ne suis pas la seule à me rappeler de la princesse au petit pois?).

En attendant de la créer pour de vrai, je partage avec vous mes inspirations et mes objets coup de cœur pour faire de votre chambre un vrai petit nid douillet.



MY DREAMY BEDROOM

lundi 2 novembre 2015

Latest Instagrams

© a pirate's life for me. Design by Fearne.