Et voilà, j'ai dormi dans le désert.

Le rythme des journées change quand tu prends la route. Ton corps s'habitue à la cadence du soleil, les yeux deviennent lourds à la tombée de la nuit et sont grands ouverts dès les premiers rayons de l'aube.


Le petit déjeuner au milieu des roches millénaires a un goût magique. Nous profitons de la jolie lumière matinale pour une dernière promenade à Red Rock Canyon avant de reprendre la route.


Nous savions à l'avance que ce road trip nous ferait voir des paysage variés, mais nous ne attendions pas à ces extrêmes... Après la poussière de Red Rock Canyon, en route pour le temple de la débauche et de la consommation: Las Vegas!


Après 3 jours à dormir à l'arrache, la première chose que nous avons faite en croisant un Starbucks a été de réserver une chambre, que dis-je une suite au Hard Rock Hotel. Deux informations importantes sont à retenir dans ce paragraphe si vous comptez faire un road trip américain: 1) Les Starbucks offrent la wifi gratos, luxe inestimable quand vous cherchez un hôtel, une info, ou que vous voulez faire rager vos potes Instagram. 2) Les hôtels à Las Vegas ne coûtent pas trop chers, on a eu une suite de luxe pour moins de 90€, avec une baignoire où tu rentres à 4 facile.



Las Vegas, c'est définitivement à voir dans sa vie (mais pas trop longtemps quand même). Tout est trop; trop grand, trop brillant, trop agité. Il n'y a plus de jours ou de nuits, le temps s'est arrêté. Tout est irréel, des gens que tu croises aux bâtiments démesurés sortis d'imaginations plus que fertiles. Notre hôtel ne dérogeait pas à la règle; casinos, salles de concerts, restaurants ouverts 24h/24h, boutiques à gogo, piscines et musée du rock'n'roll.


MY LONELINESS IS KILLING ME ♥

A vrai dire, c'est un peu beaucoup quand tu sors du désert silencieux. Après une promenade bizarre, nous regagnons notre hôtel de rock star et tombons en plein milieu d'un concert de Metalachi, qui fait des reprises heavy metal à la sauce mariachi. Ça et la Corona à 2$, vous imaginez la soirée fous rires.

Un veggie burger (quand on aime, on ne compte pas), il est plus que l'heure de se faufiler dans le lit king size, le comble du luxe après ces trois nuits sur les routes.


ROAD TRIP USA ☆4 : RED ROCK CANYON - LAS VEGAS

vendredi 28 février 2014

La jolie Cécile aka Poulette Magique m'a tagué avec le tag le plus mignon du monde! Disney baby!
C’est tout simple, il suffit de répondre à 10 questions sur l’univers de Disney.
N'hésitez pas à le faire vous aussi, et prévenez moi dans les commentaires ♥



1 – Quel est ton film Disney favori ?
Alors là, c'est une question vraiment délicate...  J’associe mes meilleurs souvenirs d'enfance au Roi Lion, à Aladdin et à la Belle et la Bête. Ce sera mon top 3. Mais j'aime aussi beaucoup Peter Pan, La Petite Sirène, La Belle au Bois Dormant, Alice aux Pays des Merveilles, et chez Pixar Toy Story, Wall-E, Là-Haut... Ok, en fait je peux absolument pas me décider.

2 – Quelle scène d’un film Disney aurais-tu voulu vivre ?
Dans Enchanted, le moment où Gisèle entonne sa chanson dans Central Park et où tout le monde chante et danse avec elle. Plusieurs fois j'ai essayé de faire pareil, mais je n'aurais jamais la grâce et le charisme d'Amy Adams; ce fut un vrai fiasco.


3 – Un moment inoubliable que tu as passé dans les parcs d’attractions ?
La première fois que j'ai été à Disneyland Paris. J'avais 15 ans, on avait menti à ma grand-mère en disant qu'on allait au Louvre ( pour elle, Disney = capitalisme, USA, evil), et je me suis retrouvée sans l'avoir prévu au beau milieu de ce rêve éveillé. Ratcliffe a censuré mon t-shirt fucker, Jafar m'a foutu la trouille, le Génie m'a fait un high-five, c'était magique. J'y suis retournée depuis avec mon amoureux, avec mon petit frère, avec mes copines, et à chaque fois j'ai été enchantée!
En 2012, j'ai eu la chance de découvrir le Disneyland de Los Angeles avec mon amoureux et de supers copains, et c'était un moment magique que j'ai déjà raconté ici!

4 – Si tu devais être un Prince, lequel serais-tu ?
Je suis plutôt oldschool, mais j'ai toujours eu un coup de cœur pour le prince Philip de La Belle au Bois Dormant. C'est un vrai prince de conte de fées, vaillant, sympa, qui défie un dragon, qui réveille sa princesse avec un "true love's kiss". Un grand classique!

5 – Si tu devais être une Princesse, laquelle serais-tu ?
J'aimerais être Belle. J'aimerais chanter dans cette ville sage, sur un petit nuage, où les jours se tiennent immobiles, où les gens, dès le matin, bavardent de tout et de rien... J'aimerais remette ce gros naze de Gaston à sa place, puis habiter dans un chateau avec plein de livres et des meubles qui parlent, avec un prince poilu mais adorable. Et surtout, j'aimerais avoir sa tenue d'hiver.

6 – A quel personnage Disney ressembles-tu ?
Selon moi, je ressemble définitivement à Alice aux Pays des Merveilles.
 
 Selon mon copain, je ressemble définitivement à Peg de La Belle et le Clochard.

7 – Si tu pouvais choisir un personnage Disney pour être ton ami, lequel choisirais-tu ?
Ce serait Bourriquet, le plus mignon des ânes dépressifs. Oui, définitivement Bourriquet.  

8 – Une scène d’un Disney qui te fait pleurer à chaque fois ?
Le début de Là-Haut et celui de la fin du livre d'aventures me traumatise à chaque fois... Quand tous les chiens abandonnés chantent dans le chenil dans La Belle et Le Clochard... Et puis la maman de Bambi et celle de Rouky aussi...

9 – Quel est le Disney que tu as vu le plus souvent ?
Ma sœur et moi avons usé la bande de la VHS d'Aladdin toute notre enfance. Je ne m'en lasserais jamais.

10 – Quelle est ta chanson Disney favorite ?
La chanson de la Belle au Bois Dormant "J'en ai rêvé" me donne des frissons... Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve...
 
Et puis la chanson de la fée bleue, "Quand on prie la bonne étoile", qui dès la première note me subjugue et me replonge dans ce joli monde enchanté de Disney. (la version de Louis Armstrong est fabuleuse)


LE DISNEY TAG ♥

samedi 22 février 2014

(oui je mets beaucoup de titres en anglais et du blabla en français, mais bon voilà,me jugez pas, godammit)

Dix ans d'amour et la trentaine qui approche, telle est l'équation magique pour avoir droit au "C'est pour quand?" souriant et décomplexé dans les repas de familles/repas avec les copains/repas tout court.

Ne nous méprenons pas: je n'ai rien contre les enfants, au contraire. Ceux de mes amis sont tellement mignons, gentils et adorables; comme des chatons qui apprendraient à parler. Ils me font des sourires, parfois des câlins même si je suis souvent jalouse de leurs petites robes taille 3 ans. Ils comblent leurs parents de joie, de bonheur et d'émotions qu'ils n'avaient jamais ressentis avant. Mais voilà, moi, pour l'instant, je ne veux pas d'enfants.


Ça peut paraître un peu égoïste, un peu immature. Et pourtant, je pense que c'est tout le contraire. Si il y a bien un domaine où il ne faudrait s'imposer de normes, c'est bien celui de la famille.
J'aime beaucoup la vie que nous avons, mon amoureux, nos chats et moi. J'aime pouvoir partir en voyage sur un coup de tête. J'aime pouvoir aller boire une bière à la sortie du boulot. J'aime aller à des concerts presque toutes les semaines. J'aime me coucher tard et me lever quand j'en ai envie. J'aime passer mon temps libre à rigoler avec mon boyfriend/faire des barrettes/lire/écrire/regarder des séries/faire des gâteaux. J'aime pas trop le bazar récurrent qu'il y a dans ma maison, mais hé, c'est comme ça.

Concrètement, aujourd'hui, il n'y a pas de place pour un baby, pas de place pour ajouter un nouvel amour dans notre vie. Je ne dis pas que ça n'arrivera pas, au contraire, mais je ne m'imposerais pas un changement radical de mon existence parce que "j'ai l'âge", "l'horloge tourne", "ça change rien d'avoir des enfants". Je ne pense pas que ce soit la suite logique d'une vie (tout comme l'achat d'une maison, ou le mariage "pour faire bien", mais ça c'est une autre histoire), mais que ce doit être un choix d'amour personnel dicté par tout sauf une norme.

Le jour où nous serons prêts à devenir parents, nous le sentirons au fond de notre cœur. En attendant, continuons à cultiver notre bonheur et à faire de notre vie celle dont on a rêvé.
Et profitons des adorables Rosette, Léonie, Capuçine, Rebekah, Emie, Anna, Line, Alix et autres babychoux qui nous enchantent font la fierté de nos amis!

Edit du 24 août 2014: 
A lire en plus: 
What It Really Feels Like To Be A Childfree Woman: un article intéressant sur le Huffington Post avec (miracle) des commentaires sensés!

THOUGHTS ON HAVING CHILDREN

lundi 17 février 2014

Il y a quelques temps, je papotais musique avec ma copinette Sabrina sur twitter, et je lui disais que Swearin' était mon nouveau groupe préféré du monde entier. Elle écoute, me dit que c'est trop cool et que je devrais faire plus souvent d'articles musique sur le blog. J'ai dit merci, et j'ai dit OK.


La première fois que j'ai écouté Swearin', je me suis dit trois choses:
- c'est l'équation parfaite entre du punk cool et du rock indie qui me rappelle les 90's
- la chanteuse a vraiment une voix similaire que celle de Waxahatchee
- mon boyfriend a toujours raison quand il me dit "Écoutes ça, je suis sûr que tu vas aimer"

Je n'aime pas mettre des étiquettes sur de la musique, mais je pense que Swearin' aurait pu jouer au Bronze à Sunnydale. Leur premier EP est complètement génial (oui, vous aurez remarqué que je suis super nulle pour décrire leur son), la voix d'Alison Crutchfield et de l'autre guitariste Kyle Gilbride se complètent parfaitement, et il en ressort un album touchant et terriblement cool. Vous devez pouvez l'écouter dans son intégralité sur leur bandcamp. (mes préférées Kenosha, Fat Chance, Hundreds and Thousands, Movie Star) 



Leur deuxième album Surfing Strange est sorti en 2013, et voilà le clip de "Dust in the Gold Sack" (et énorme girl crush sur Alison hein)



Cette ressemblance vocale avec Waxahatchee m'intriguant au plus haut point, j'ai mené mon enquête et il s'avère qu'Alison Crutchield a une sœur JUMELLE qui chante aussi bien qu'elle, Katie, et qui est derrière Waxahatchee (deuxième girl crush).
Ce groupe, au nom indien pas facile à prononcer, avait été un de mes coups de cœur de l'hiver 2013, avec l'album American Weekend. (mes préférées Catfish, Be Good, Bathtub). Un album brut et touchant, la bande originale parfaite de toute journée d'hiver qui se respecte.
(et sinon, moi aussi je veux des concerts dans mon jardin californien)



Je n'ai pas encore écouté son deuxième album, Cerulean Salt, mais je vais m'y atteler dès cette après-midi après avoir découvert Misery Over Dispute.



A écouter et à lire en plus:
- une interview des soeurs Crutchfield chez Rookie et leur reprise de Grimes
- une interview de Swearin' sur la création de leur 2ème album
- un album de P.S. Eliot, le groupe dans lequel elles jouaient ensemble


PIRATE PLAYLIST ★ SWEARIN' & WAXAHATCHEE

samedi 15 février 2014

Après avoir longé la côte depuis San Francisco, le temps était venu de prendre la route vers l'intérieur de la Californie. Les minutes s’égrènent, les paysages changent et la route prend le dessus sur tout le reste.


La route, qui s'étend à perte de vue, dans des paysages désertiques. On roule plus d'une heure sans croiser qui que ce soit. C'est un sentiment bizarre et libérateur, on sent qu'on fait partie du monde qui nous entoure, qu'on est tout petits. 



C'est difficile à expliquer ce ressenti. C'est juste une route, un vieux camion, un garçon et une fille, au milieu de nul part. Mais c'est comme si tout était à sa place.



Après quelques villes fantômes et des tonnes de poussière, nous faisons un arrêt à Bakersfield, le temps de grignoter notre désormais classique sandwich avocats-tomates-fromage-Tofurky et de profiter de la Wifi du Starbucks. (et d'immortaliser la "voiture" de notre voisin de parking)

La destination de cette journée: le state park de Red Rock Canyon. Ce canyon aux couleurs flamboyantes a vu défiler les indiens, les diligences, les convois d'émigrants, les chercheurs d'or, et aujourd'hui des campeurs avides de paysages à couper le souffle à 2 heures de Los Angeles, pour 25$ la nuit (toilettes mais pas de douches, c'est l'aventure baby).



Le désert. Je l'attendais depuis le premier jour de ce road trip. La première fois pour moi, qui suis habituée à l'immensité bleue de la mer. Je n'ai pas été déçue; je ne sais pas si c'est la poussière ou ce sentiment étrange que le temps s'est arrêté, mais cet endroit est mystique.
Le soleil se couche derrière notre canyon. Entourés de désert et de ciel infini, de scorpions et de serpents (selon les panneaux), de roches millénaires et de Joshua Trees, nous déambulons sous la douce lumière californienne. Loin du bruit de la civilisation, cette journée magique s'achève, nous laissant le cœur comblé d'images et de souvenirs inoubliables.


ROAD TRIP USA ☆3 : MORRO BAY - RED ROCK CANYON

mardi 11 février 2014

Latest Instagrams

© a pirate's life for me. Design by Fearne.