Les amis, ce mois ci j'ai testé pour vous de ne pas aimer les cours collectifs mais de vouloir essayer quand même.

Découvrons ensemble le RPM ou comme je l'appelle, du vélo boum-boum. Tu te retrouves dans une salle sombre avec une vingtaine de vélos, des lumières qui changent, de la musique de discothèque, et un coach sur un vélo sur une scène. Et le principe, c'est de te croire à la montagne, ou dans une vallée. (là j'ai commencé à rigoler) En fait, au fur et à mesure des chansons, le coach hurle t'indique d'augmenter ou de réduire la difficulté selon si tu es sur une montée ou une pente imaginaire. Le tout en te mettant debout, puis assis, et même en chantant. Ce qui m'a le plus impressionné, c'est le coach qui crie, chante, pédale sans s'arrêter une seconde alors que toi tu crois sentir ton cœur sortir de ta poitrine. Bon sang, quelle drogue ils prennent ces gens là?
Je suis sorti de ce cours en transe, mais en sachant que ce ne serait pas pour moi. Je passe déjà beaucoup de temps à faire du vélo (c'est pas de pas avoir son permis à mon vieil âge/n'empêche que c'est trop cool de faire du vélo là où j'habite) et surtout ma vieille douleur à la cheville, qui m'empêche de faire du jogging ou qui m'a tuée après avoir escaladé la Soufrière, s'est réveillée dès le début du cours. Je me vois bien y revenir occasionnellement, mais je n'y serais pas assidue.

Ma curiosité n'a pas de limites, et je me suis donc lancé à la découverte du Body Fight (je pense que c'est pareil que le Body Combat). Tout un programme, pour sûr. Cet exercice s'imprègne de plusieurs arts martiaux, dont les plus récurrents sont la boxe, le kick-boxing, le karaté, le tout sur de la musique boum boum (vous noterez mon manque d'enthousiasme envers ces remix infernaux d'Adèle ou de Pirate des Caraïbes). Vous pouvez commencer à vous marrer en m'imaginant frapper de mes petits poings dans le vide, et faire des coups de pieds kick flip arrière comme un manche. Moi, en tout cas, je me croyais dans Tekken et j'avais envie de rigoler du début à la fin. Enfin, j'ai arrêté de rire un peu avant la fin, quand on a commencé les abdos/gainage.
J'ai quand même bien aimé ce cours, qui m'a permis de me défouler et de faire flipper mes amis de ma capacité à les taper. Et puis, je vous raconte pas les courbatures le lendemain matin, dos, jambes et abdos bien comme il faut. Ça me fait tellement marrer en fait, que je pense y retourner et ainsi travailler mes attaques kung fu. (j'y suis depuis retourné 4 fois, je pense que je peux affirmer que malgré la transpiration de groupe, j'aime ce cours.)

Un petit selfie de salle de sport et Berloni en fond qui fait semblant de pousser de la fonte
Toujours dans la continuité "un esprit sain dans un corps sain t'as vu", j'ai pris la grande décision d'arrêter de fumer. 
Je ne me suis jamais considéré comme une fumeuse, j'ai commencé à 25 ans (bien joué Louise) et je peux passer 4-5 jours sans fumer et sans en avoir envie. Mais le week-end, quand on va boire une petite bière au coucher du soleil en front de mer, j'allume une cigarette. Et si on boit plusieurs bières, je peux facilement en fumer 10 dans la soirée. Et je me réveille le lendemain la bouche desséchée, le cœur qui bat vite, pas bien dans ma peau.
Oui, on peut considérer que c'est un plaisir (fictif) de fumer une cigarette, mais les autres sont de trop. Et à quoi ça sert de faire du sport, de manger à peu près bien, si c'est pour s'infliger un méga shoot de produits toxiques le weekend?
J'ai commandé le livre La méthode simple pour en finir avec la cigarette. J'ai un couple d'amis qui carburaient à un paquet par jour et qui ont cessé du jour au lendemain après lecture, et ça fait plus d'un an. Mon copain l'a fini cette semaine et ne se voit pas refumer. A mon tour de le lire. Mais dans tous les cas, j'ai fumé ma dernière cigarette le 10 mars 2013. Et j'en suis ravie. Malgré quelques envies passagères en soirée, j'ai l'impression d'avoir complètement tourné la page de la clope. Yeah!

A HEALTHY LIFE FOR ME ♡ 3

samedi 30 mars 2013

De jolis moments, une bonne nouvelle et du soleil, le charmant mois de mars ne nous a pas déçus.
Du bonheur en images instagram.

Spring sunset
On fête la bonne nouvelle de mon plein temps!

Le ticket de caisse de 1992 dans "Riding in car with boys"
L'amour chaternel avec Cerise
Les jolis cadeaux australiens gagnés chez Sunshine Of Mine
Mes nouvelles chaussures préférées à la plage
Le printemps est arrivé!
L'amour
Le coucher de soleil magique

Bonne semaine les petits choux ♥

I HOPE YOU ARE SLEEPING AND DREAMING OF CLOUDS

lundi 25 mars 2013

Nous sommes en 1996, dans un lycée de Los Angeles, peuplé de Cordelia Chase et autres quarterbacks. Au milieu, un groupe de petites meufs de 13 ans distribuent leur fanzine punk sur le droit des femmes, totalement inspiré du mouvement Riot Grrrl. Elles ne se soucient absolument pas de leur apparence, et sont devenus pour le reste du lycée les "Dirty Girls", les filles sales, qui ont visiblement un problème avec la société. Tous les élèves ont une opinion bien arrêtée au sujet de ces filles, et elles deviennent les cas sociaux de l'école, les weirdos. "The easiest thing to do is rebel" dira un ces élèves, sans savoir visiblement de quoi il parle.

Ce court documentaire, tourné par un étudiant de dernière année en 1996 et édité en 2000, m'a fasciné. Ce retour dans ce passé qui me paraît si proche mais qui est déjà lointain. Ces filles de 13 ans qui dénoncent le sort des femmes avec une force et une déterminations imparable, tout en n'ayant rien à branler de leur apparence sociale. Le sentiment malsain qu'une quinzaine d'années après rien n'a changé. 
Je les trouve inspirantes, fortes et belles. Ce film est passionnant. 
Si vous avez 15 minutes devant vous, regardez le, sans hésitation. C'est tout en anglais, mais ça se comprend. Go girls!
 

DIRTY GRRRLS

mardi 12 mars 2013

Vous l'avez bien compris avec le périple en bateau et les balades dans la nature, la Guadeloupe ça a quand même un petit air de paradis.

Pour être sincère, je n'étais pas vraiment attirée par cette destination, trop cliché, trop cucul, trop française aussi. Si je n'avais pas eu l'opportunité de rendre visite à mon meilleur pote en même temps, je n'y serais pas allée (en tout cas pas maintenant). Mais après toutes les aventures que j'y ai vécu, ces préjugés n'ont pas perduré. Oui, il y a des choses qui m'ont déplu, au niveau écologique par exemple, comme les plages paradisiaques pleine de mégots, de bouts de verre et autres déchets en tout genre ou le fait qu'il n'y ait pas de tri sélectif (la gestion des déchets sur une île: l'angoisse). J'ai eu aussi quelques frayeurs avec la conduite rallye des locaux (ma copine Agathe qui bosse aux urgences en voit les conséquences...) et la vie y est très chère, pour la bouffe métropolitaine mais aussi pour les produits locaux.
Je ne fais surtout pas de généralités et je parle en tant que touriste hein, il y a d'autres choses qui ne vont pas, mais n'habitant pas sur place, je ne porte pas de jugements hâtifs. C'est mon point de vue de vacancière.
Mais j'ai aussi découvert un endroit magnifique, avec une histoire complexe qui mérite vraiment de s'y intéresser. La nature y est omniprésente et luxuriante, les gens sont adorables, je me suis régalée de fruits et de agoulou (sandwich local inoubliable) et de bière locale Carib, et puis la mer, si pure et si claire... La vie y est cool, et là bas tu as juste envie de chiller toute la journée sous le soleil! Puis autant vous dire, que maintenant que je grelotte et qu'il fait tout gris, et qu'il y a plus de feuilles aux arbres, elle me manque pas mal la Guadeloupe.

Je conclus ce chapitre guadeloupéen avec ces endroits cools à visiter, pour toi touriste. (et une petite pensée pour Lilla ♥)

La distillerie Damoiseau 

Moi, avant de partir en vacances en Guadeloupe, j'aimais pas trop le rhum. J'en suis revenue avec 4 bouteilles différentes (pour les soirées d'été, parce que pour l'hiver j'ai connu mieux et en plus j'ai plus l'âge).
Nous sommes donc partis visiter la fameuse distillerie colorée Damoiseau.
Les cogolins en vacances
Au coeur des palmiers se planque cette usine multicolore où les effluves alcoolisées viennent te chatouiller les narines. La visite se fait tout seul comme un grand, et c'est gratuit. On a bien rigolé.
Et après, on a dégusté du rhum vieux Damoiseau, et ça pique mais c'est bon. 

Petit-Havre

Un des plus jolis endroits pour moi! C'est ici que vivent mes amis. C'est tout petit, mignon, et la plage est PARADISIAQUE. Je vous le conseille vivement si vous cherchez une jolie plage, pas surpeuplée, et assez nature.

La plage du Club Med

Quelle idée de ne pas être en vacances au Club Med (bip bip ouais) et d'en squatter la plage? Juste avant Sainte Anne, se cache une des plus jolies plages de l'île, et même si t'es pas au club Med t'as le droit d'y aller, il faut seulement passer par entrée cachée!
Iguanes, récifs de coraux, mer azur et sorbet coco à l'ombre des palmiers, je m'y verrais bien maintenant...

(illusion d'optique, je n'ai pas les boobs à l'air)

Et voilà la fin de ce joli chapitre guadeloupéen. Mon meilleur pote, les palmiers et la Carib me manquent beaucoup, et en replongeant dans tous ces jolis souvenirs, je suis heureuse d'avoir eu la chance de faire ce voyage. Vivement les prochains!

VACANCES DE FEIGNASSE ☼ LA DISTILLERIE DAMOISEAU, PETIT HAVRE ET LA PLAGE DU CLUB MED

dimanche 10 mars 2013

J'ai toujours pensé que le sud-ouest de la France, c'était la Californie.
Puis mes amis, ma famille et mon boyfriend m'ont offert un cadeau tellement cool à mon anniversaire (oui, oui c'était en décembre) que maintenant je n'en doute pas.

Voilà. C'est un tout petit article nul mais je suis vraiment super heureuse de vous montrer mon beau vélo aux roues roses.

LET'S RIDE

lundi 4 mars 2013

Latest Instagrams

© a pirate's life for me. Design by Fearne.