Ils sont arrivés, les jours d'été à rallonge, les crépuscules sans fins et les nuits étoilées. Elles flottent dans les airs, ces odeurs qui me rappellent les vacances, aussi bien celles de la campagne en enfance que celles des escapades adolescentes. Comme si, peu importe le temps qui passe, ces souvenirs doivent rester intacts et purs, pour préserver le cliché intemporel de nos étés sans fin.
Seulement voilà, j'ai un peu de mal à me laisser aller à la légèreté estivale que j'aime tant. Trop de questions/doutes/remises en questions. Oui, parce que j'ai beau être heureuse (c'est quelque chose que je ne remets pas en question), je suis quand même un peu looseuse. J'ai l'impression d'être en "pause" depuis un an, incapable de trouver ma voie, de faire quelque chose qui me plaît, de perdre mon temps au lieu de vivre. Ça commence à devenir un peu épuisant, de se chercher en vain.
Peut-être laisser filer, une bonne fois pour toutes, ne pas réfléchir et mettre des $$$ de côté pour voir si le ciel est plus bleu ailleurs.

If it’s a summer day

With not a cloud in sight

Then tell me why

It feels like it might

Rain on me

Rain on me


SLOWLY, WE'RE DANCING

dimanche 27 juin 2010

Moi qui ne mange pas un gramme de sucre depuis une semaine (tout ça dans l'espoir de me prouver que j'ai la volonté de perdre quelques kilos), j'ai été joliment inspiré par cet article de The Dainty Squid ♥ et je me suis amusé à faire des muffins tout en extrait de petit poney, d'arc-en-ciel et de pâte à modeler.

Une recette basique, genre quatre/quarts, des colorant à foison et... Tadaaa!



Je ne les ai même pas goûtés (oui j'ai de la volonté), mais ils ont plus à mes gentils camarades.
On reste dans le rainbow power avec la chanson de l'épisode final de GLEE, épisode qui m'a tiré une larmichette...

SOMEWHERE OVER THE RAINBOW

samedi 12 juin 2010

A chaque fois je me dis que je vais avoir plein de choses à raconter mais en fait non. Mes semaines se répètent avec une routine presque désarmante. Quelques heures de boulot à la boulangerie, des soirées rigolotes et/ou qui font mal à la tête le lendemain, un peu de plage parfois, pas assez de livres et des envies d'achats compulsifs absolument pas en accord avec mon compte en banque. Et des trucs moins glamour aussi, genre de l'eau qui coule des murs ou le chat Cerise coincée dans un arbre.
Mais je me suis vengée la semaine dernière, j'ai pris le dessus quelques heures sur le temps paralysé. Un petit tatouage sincère et intense niché au creux de mon poignet, une après midi bricol'girl à repeindre ma cuisine en framboise et le commencement d'un régime veggie Dukan assez hardcore. Han.
Sans aucun rapport, voilà la dernière pellicule faite avec mon Holga Double (ce qui n'est absolument pas son vrai nom). La première pellicule a illustré la fin de l'hiver, celle là un printemps andernosien.







LOVING YOU IS CHERRY PIE

lundi 7 juin 2010

(WARNING: CHEESY STUFF)

Je m'en rappellerais toujours. La première année de lycée. Plein de nouvelles têtes, les nouveaux copains/copines, ceux qui même si ils ne le savent pas encore, deviendront les vrais amis ad vitam eternam. C'est un peu la Californie chez moi, alors forcément on passait notre temps à la plage ou dans le petit bois en face du lycée, à rire et rire encore, faire ce qu'on voulait (même si cela impliquait de prendre le bus à 17h dans un drôle d'état), bref, on pataugeait dans le bonheur avec toute la force de notre innocence. Et la bande son de nos journées, c'était définitivement du punk rock.

Celui qui est devenu mon meilleur ami avait eu la bonne idée de mettre du No Use For A Name dans mes oreilles, et en fait je m'en suis un peu jamais remise (c'est sûrement pour ça que j'ai chouiné la première fois que je les ai vus en concert) (je vous avais prévenu: cheesy stuff!). Punk rock californien à gogo, avec les souvenirs et les concerts monstrueux qui vont avec. Dix ans plus tard, toujours pas lassée, je retrouve la même émotion, le même plaisir, le même sentiment que le monde est à moi à chaque concert, que ce soit dans une cave bordelaise ou dans une grosse salle. Encore hier soir, devant The 20 Belows, une bière à la main, mon amoureux et un de mes meilleurs amis pas loin, et tout était à sa place, limpide.

Ça me rappelle mon dernier anniversaire, sans boulot, sans le sou, et puis 25 ans ça craint, pas envie de le fêter. Je me retrouve un peu sans le vouloir au concert des toulousains de Charly Fiasco. Une salle survoltée, dans la sueur et la bière, à chanter "j'ai signé pour la vie". Parce qu'en fait, c'est ça. C'est pour la vie.

Après cette déclaration d'amour musicale hyper teenage, je vous laisse avec ce cover de NOFX plutôt magique.

LET'S GO TO THE PUNK ROCK SHOW

mercredi 2 juin 2010

Latest Instagrams

© a pirate's life for me. Design by Fearne.